• English
  • Français
+237 222 69 88 85 secretariat@cetic.cm

RAPPORT DE LA 1ERE SESSION DU COMITÉ NATIONAL DE PILOTAGE ET DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET DES CENTRES D’EXCELLENCE AFRICAINS DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR DE LA BANQUE MONDIALE

RAPPORT DE LA 1ERE SESSION DU COMITÉ NATIONAL DE PILOTAGE ET DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET DES CENTRES D’EXCELLENCE AFRICAINS DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR DE LA BANQUE MONDIALE

 

En date du 21 avril 2016, le Ministre de l’Enseignement Supérieur, le Pr. Jacques FAME NDONGO, Président du Comité National de Pilotage et de Suivi de la Mise en Œuvre du Projet des Centres d’Excellence Africains de l’Enseignement Supérieur de la Banque Mondiale, a présidé à partir de 11 heures, dans la salle de conférences du Ministère de l’Enseignement Supérieur(porte 1036), la 1ère session dudit comité.

Ont pris part à cette importante session, les membres statutaires du Comité, les invités spéciaux ainsi que les membres du Secrétariat Technique (cf. fiche de présence jointe en annexe).

L’ordre du jour, adopté séance tenante, portait sur les points suivants :

  • Mot introductif du Ministre de l’Enseignement Supérieur ;
  • Présentation du CETIC;
  • Examen et adoption du plan d’action et du budget 2016 ;
  • Actualisation des textes ;
  • Divers :
  • Compte rendu des travaux duSecrétariat Technique
  • Compte rendu des travaux du Conseil Scientifique

 

I- MOT INTRODUCTIF DU MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR 

Avant son allocution d’ouverture, le Président du Comité a tenu de prime abord à adresser ses remerciements au Recteur de l’Université de Yaoundé I, pour les facilités logistiques accordées pour la tenue de cette session.

Après avoir souhaité une chaleureuse bienvenue aux participants, le Ministre de l’Enseignement Supérieur, dans son mot introductif, a remercié solennellement, au nom de la communauté universitaire nationale et en son nom propre, les illustres personnalités présentes dans la salle, qui ont tenu à rehausser l’éclat de ces assises, ce, malgré le calendrier contraignant de leurs charges et fonctions. Il a, par la même occasion, témoigné sa gratitude aux administrations partenaires,pour les efforts et appuis multiformes consentis, lesquels ont permis la tenue de cette première session du Comité.

Poursuivant son propos, le Ministre de l’Enseignement Supérieur a rappelé à l’assistance que le comité dont la première session s’est tenue ce jour-là, a été mis en place par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, par arrêté N°105/CAB/PM du 04 novembre 2014 portant création, organisation et fonctionnement du Comité National de Pilotage et de Suivi de la Mise en Œuvre du Projet des Centres d’Excellence Africains de l’Enseignement Supérieur de la Banque Mondiale. Il a ensuite fait part de ce que la création de ce Comité est intervenue à la suite de la signature de l’accord de crédit, le 14 août 2014, entre l’Etat du Cameroun et la Banque Mondiale, pour le financement du projet des Centres d’Excellence Africains, dont le Centre d’Excellence en Technologies de l’Information et de la Communication (CETIC), logé à l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de l’Université de Yaoundé I.

Le Président du Comité n’a pas manqué de relever que l’une des spécificités de ce projet est que son financement par la Banque Mondiale est essentiellement tributaire de la réalisation des indicateurs basés sur les résultats (pas de financement a priori). C’est la raison pour laquelle, il a souhaité que les différents échanges et concertations entre les participants conduisent à la prise des décisions pertinentes et éclairées, non sans formuler le vœu que les débats débouchent sur des propositions concrètes, afin que l’espace scientifique du Cameroun se cristallise autour des objectifs de promotion démocratique, de paix sociale, de développement économique, tels que définis dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE).

 

II- PRESENTATION DE L’UNIVERSITE DE YAOUNDE I ET DU CETIC

Sur ce point, la parole a été donnée au Recteur de l’Université de Yaoundé I qui a articulé son exposé autour de deux axes :

  • la présentation de l’institution dont il préside aux destinées ;
  • la présentation proprement dite du CETIC.

 

II-1 Présentation de l’Université de Yaoundé I

 

De cette présentation, l’assistance a appris que l’Université de Yaoundé I compte 55.632 étudiants (au 18 avril 2016), encadrés par  1003 enseignants tous grades confondus, et repartis entre 07 établissements ainsi qu’il suit :

ETABLISSEMENT EFFECTIF
1 Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines (FALSH) 21 912
2 Faculté des Sciences (FS) 22 136
3 Faculté des Sciences de l’Education (FSE) 1 310
4 Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales (FMSB) 3 500
5 Ecole Normale Supérieure (ENS) 3 500
6 Ecole Nationale Supérieure Polytechnique (ENSP) 1 340
7 IUT-Bois de Mbalmayo 260
8 Universités virtuelles (nationale et sous-régionale) 273
TOTAL 55 632

 

Dans le domaine numérique, l’Université de Yaoundé I dispose principalement des instituions suivantes :

  • Le Centre Universitaire des Technologies de l’Information (CUTI) ;
  • L’Université Virtuelle Nationale ;
  • L’Université Virtuelle Sous-régionale.

Le Recteur de l’Université de Yaoundé I a tenu à préciser que l’un des atouts qui ont milité pour la sélection du Projet CETIC, est l’expérience avérée de cette université, aussi bien dans la gestion des grands projets internationaux que dans l’organisation et la gestion du partenariat.

 

II-2 Présentation du CETIC

Le Recteur de l’Université  de Yaoundé I a présenté les Centres d’Excellence Africains (CEA) comme une nouvelle vision de la Banque Mondiale, qui définit l’enseignement supérieur comme un secteur prioritaire de croissance et de développement. Il s’agit en outre d’une nouvelle forme de financement et d’amélioration de la gouvernance des universités par une approche compétitive. Il a également précisé que c’est la capacité de leadership des universités camerounaises qui a permis au Cameroun de candidater dans une compétition prévue pour l’Afrique de l’Ouest.

De cet exposé, les participants ont aussi appris que la création des Centres d’Excellence Africains vise à :

  • soutenir l’émergence d’un nombre limité de centres d’excellence dans le continent ;
  • contribuer à la production des masses critiques en science, technologies, ingénierie, mathématiques, agriculture et santé ;
  • soutenir la régionalisation de l’enseignement supérieur en Afrique ;
  • soutenir le développement économique du continent ;
  • réduire la fuite des cerveaux.

L’’exposant a fait part de ce que le projet CETIC a été sélectionné à l’issue d’un processus hautement compétitif, ouvert, rigoureux, transparent et fondé sur le mérite, conforment aux normes internationales. En guise d’état des lieux, il a été retenu que :

  • le CETIC est un projet du Gouvernement du Cameroun, soutenu par la Banque Mondiale et porté par l’Université de Yaoundé I ;
  • le CETIC est un projet issu d’une réflexion initialement centrée sur l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique ;
  • une meilleure compréhension du projet a amené les autorités universitaires à faire participer l’ensemble de l’université ;
  • une forte adhésion au projet est née avec la participation de l’ensemble des établissements de l’Université de Yaoundé I.

L’assistance a aussi été édifiée sur le thème principal de recherche : la modélisation mathématique et le calcul scientifique.  Trois grands champs thématiques ont été identifiés à cet effet, à savoir :

  • Santé, agriculture, biologie et environnement ;
  • Infrastructures, mines, eau et énergie ;
  • Gouvernance, éducation, économie, information et communication.

Les objectifs de développement de ce projet ont également été déclinés, ainsi qu’il suit :

  • Renforcer les capacités de l’Université de Yaoundé I à :
  • Offrirdes formations régionales de haute qualité en modélisation mathématique et calcul scientifique ;
  • Conduire des recherches de haut niveau en modélisation mathématique et calcul scientifique ;
  • Contribuer à la production des masses critiques des spécialistes de haut niveau en modélisation mathématique et calcul scientifique.

Le Recteur a par ailleurs relevé les 04 indicateurs sur lesquels est basé le projet :

  • Spécialisation régionale et encadrement juridique et institutionnel ;
  • Excellence dans l’enseignement supérieur et la recherche et impact sur le développement ;
  • Gestion financière transparente et auditée à temps ;
  • Passations des marchés à temps et auditées.

Après une brève présentation de l’état d’exécution de ces indicateurs en terme d’actions à réaliser, de cible et d’état d’exécution, il a été constaté que l’une des faiblesses actuelles du projet est non seulement le faible taux d’étudiants de la sous-région, mais aussi la sous-représentativité des filles camerounaises. D’où le nécessité d’accentuer la sensibilisation de la population et de vulgariser les offres de formation du CETIC.

Poursuivant son propos, le Recteur a fait état de ce que, par le biais du CETIC, les conditions d’apprentissage et de recherche se sont considérablement améliorées à l’Université de Yaoundé I. C’est dans cette optique que cette université ambitionne de construire un grand bâtiment équipé de laboratoires et dont les études architecturales ont d’ores et déjà été réalisées et transmises à la Banque Mondiale.

A la suite de cet exposé enrichissant, qui a permis aux uns et aux autres d’avoir le même niveau de compréhension du Projet CETIC, le Ministre de l’Enseignement Supérieur a apprécié le fait que les disciplines socio-humanistes aient été prises en compte dans ce projet ambitieux et transversal axé autour des mathématiques. C’est dans ce sens qu’il a invité toutes les parties prenantes au projet, chacun dans son domaine de compétence, à joueur efficacement leurs rôles, en vue de l’accomplissement optimal de ce projet.

 

II-3 EXAMEN ET ADOPTION DU PLAN D’ACTION ET DU BUDGET 2016 

            Sur proposition du Recteur de l’Université de Yaoundé I, l’examen du plan d’action et du projet de budget du CETIC, pour le compte de l’année 2016, a été reporté au 12 mai 2016 (session budgétaire). Ce report est justifié par le fait que la première session du comité national de pilotage a été particulièrement pédagogique, à l’effet de permettre aux participants de s’approprier  le projet. L’exploitation des documents de travail devrait permettre aux uns et aux autres de se prononcer le moment venu, en connaissance de cause, sur le plan d’action et le projet de budget.

Néanmoins, un point d’honneur a été mis au financement des activités déjà réalisées pour le compte du CETIC. A ce titre, il a été relevé qu’aucun décaissement n’a encore été effectué au profit de l’Université alors que la Banque Mondiale a déjà fait un premier décaissement au profit de la Caisse Autonome d’Amortissement (CAA). Toutes les dépenses effectuées jusqu’ici ont été supportées par le budget de l’Université de Yaoundé I. Tout décaissement nécessite au préalable la validation aussi bien du comité local de pilotage (logé à l’université) que du comité national de pilotage.

Dans le même ordre d’idées, le Recteur a indiqué qu’une requête sera adressée au Ministre de l’Economie, de la Panification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT), afin que les fonds de contrepartie, qui auraient servi à financer un certain nombre d’activités du CETIC, ne soient pas frappés de forclusion. A cet effet, le président du comité a instruit qu’une correspondance soit préparée à destination du MINEPAT assortie d’un rapport sur les activités effectivement menées en 2015.

Il a été entendu, après des échanges fructueux, que les 400 millions, prévus dans le contrat de performance et de financement, représentent la subvention que l’Etat du Cameroun devrait accorder à l’Université de Yaoundé I, pour appuyer le démarrage du projet.

 

II-3 ACTUALISATION DES TEXTES 

Apres la relecture de l’arrêté N°105 CAB/PM du 04 novembre  2014 portant création, organisation et fonctionnement du Comité National de Pilotage et de Suivi de la Mise en Œuvre du Projet des Centres d’Excellence Africains de l’Enseignement Supérieur de la Banque Mondiale, le point focal a fait part des insuffisancesrelevées par les participants lors de la réunion du Secrétariat Technique tenue le 28 mars 2016, notamment :

  • L’absence du point focal au sein de ce comité, nonobstant l’importance des missions qui lui sont dévolues dans le contrat de performance et de financement ;
  • La minoration des responsabilités du Recteurde l’Université de Yaoundé I, chef de l’institution qui abrite le projet.

Compte tenu de l’intérêt que suscitentces insuffisances, le Président du Comité a mis en place un comité ad hoc d’experts chargé de la révision dudit projet. Cette équipe est composée de :

  • Pr Maurice Aurélien SOSSO, Recteur de l’Université de Yaoundé I ;
  • Pr Marcellin NGUELE ABADA, représentant des Services du Premier Ministre ;
  • Pr Patrick ABANE ENGOLO, Chef de la Division des Affaires Juridiques ;
  • Dr Aaron LOGMO MBELEK, Chef de la Division de la Recherche et de la Coopération Universitaires.

Ce comité devait avoir une séance de travail le vendredi 22 avril 2016 au rectorat de l’Université de Yaoundé I.

 

II-5 DIVERS 

II-5-1 Compte rendu des travaux de Secrétariat Technique

Ce compte rendu a été présenté par le Dr Aaron LOGMO MBELEK, point focal du projet CETIC. De l’exposé de l’intéressé, il ressort que le Secrétariat Technique du Comité National de Pilotage du Centre d’Excellence en Technologies de l’Information et de la Communication (CETIC), s’est réuni le 28 mars 2016, dans la salle de conférence 1036 du MINESUP, afin de préparer les documents de travail dans la perspective de la tenue de la 1ère session dudit comité.

La séance de travail avait pour ordre du jour :

  • Présentation du CETIC (Coordonnateur) ;
  • Indicateurs ;
  • Situation actuelle des indicateurs ;
  • Examen du plan d’action 2016 ;
  • Examen du budget 2016 ;
  • Actualisation des textes administratifs ;

II-5-2 Compte rendu des travaux du Conseil Scientifique

Le Pr Rose LEKE, Présidente du Conseil Scientifique du projet CETIC, a présenté la quintessence des travaux de la première réunion dudit conseil, tenue les 07 et 08 avril 2016 à la Salle des Actes de l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé.

Les échanges des participants ont notamment porté sur les points suivants :

  • Examen et adoption de l’ordre du jour ;
  • Présentation du CETIC et du rapport d’activité ;
  • Présentation de la politique de recherche du CETIC.
  • Evaluation des projets de recherche ;
  • Présentation des partenaires internationaux : Inria et EPFL ;
  • Admission des étudiants en Master et Doctorat ;
  • Sélection des post-docs ;
  • Présentation et approbation du plan d’action 2016

Après épuisement de l’ordre du jour, le Ministre de l’Enseignement Supérieur, président du comité,a remerciétous les participants pour leurs contributions constructives, en les exhortant à mettre chacun du sien, pour la réussite de ce projet porteur et novateur.

 

Le Président du ComitéLes Rapporteurs

 

 

 

Jacques FAME NDONGO                            Charles AWONO ONANA                                  Aaron LOGMO MBELEK

 

 

 


Télécharger le rapport: rapport-1ere-session-du-comite-national-de-pilotage-et-de-suivi-des-cea-cmr-banque-mondial

Laisser un commentaire

Designed & Developed by DKT Group